Dans la baie

baieLa connection de la station de traitement de Bang cette semaine a été une très bonne nouvelle. Cette usine est une partie de la stratégie de décentralisation qui a vu la construction d’une petite station à Bang Tao Beach et d’une autre à Surin Beach, ou depuis plus de dix ans les ‘piscines d’eau noire’ apparaissaient sur les plages dès qu’il s’arrêtait de pleuvoir.

Le problème de nos principales plages touristiques revient chaque année, et les infrastructures simples nécessaires pour y faire face arrivent toujours après les incidents.

Le 18 Janvier cette année, Pralong Dumrongthai, le directeur général du Département de Contrôle de la Pollution (PCD), dans son discours sur l’État de la Pollution en Thaïlande en 2018, indiquait “Les problèmes de détérioration de la qualité des eaux sont dûs à des systèmes de traitement insuffisants.”

Le PCD a depuis des années averti de l’impact qu’ont les eaux usées sur l’environnement, sur la santé et sur le tourisme.

“Les déchets solides, les déchets et les effluents des resort et des restaurants ainsi que des autres entreprises de services, mais aussi les épanchements d’hydrocarbures provoqués par les bateaux de transport de passagers, détériorent la qualité de l’eau de mer.” indiquait déjà le PCD en 2017.

“Ces problèmes ont des répercussions sur les ressources côtières, sur les écosystèmes sous marin et sur les paysages des attractions touristiques, mais ils affectent aussi la santé des habitants et des touristes, et ont donc un impact sur le tourisme et sur l’économie.”

Mais les eaux usées ne tiennent pas une place importante dans l’agenda des officiels. La seule chose que nous pouvons tirer de cela est que quand ont est occupé à une offensive de relations publiques après une catastrophe qui a provoqué la mort de touristes, on peut se permettre d’ignorer le fait qu’ils tombent malade.

Les jours ou les officiels de Phuket comptaient sur la mousson du sud ouest annuelle et les orages pour ‘tirer la chasse’ dans nos baies et prétendre que les canaux putrides n’affectaient pas le tourisme – sans prendre en compte la santé des locaux – sont disparus depuis bien longtemps. Le nombre de personnes sur l’île a largement dépassé ce que les ‘ressources naturelles’ peuvent absorber.

Mais nous prendrons volontier tout ce qui est à prendre. La station de Bang Tao a mis bien trop de temps à être mise en service, tout comme celle de Surin Beach, sans oublier un cout de B335 millions – mais nous les prenons volontier.

C’est toujours mieux que rien.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr