Des poursuites contre les officiels pour manquement au devoir après la catastrophe du Phoenix

officielsLes officiels concernés seront poursuivis pour n’avoir pas réaliser leur devoir concernant le Phoenix dont le naufrage a couté la vie à 47 touristes en Juillet dernier, a confirmé le commandant adjoint de la Police Royale Thaïe le général Rungroj Saengkram.

“L’enquête de police sur la catastrophe du Phoenix est terminée” a indiqué le général Rungroj.

“Tous les rapports ont été remis à la police locale et au procureur” a ajouté le général Rungroj, l’homme chargé de la supervision de l’enquête sur la plus grave catastrophe maritime de l’histoire moderne thaïe.

Le général Rungroj n’a cependant pas dévoilé les conclusions de l’enquête mais a confirmé que deux officiels seraient poursuivis pour leur implication dans la catastrophe.

“Deux officiels seront poursuivis pour manquement à leurs obligations” a indiqué le général Rungroj, précisant que les deux officiels concernés sont en poste à Bangkok.

Le général Rungroj n’a toutefois pas confirmé si ces officiels faisaient parti du Département Maritime, et signalé qu’il n’arrivait pas à se souvenir de leurs noms.

En Novembre, le général Rungroj confirmait ses soupçons quant aux documents d’enregistrement du navire, au sujet desquels le général Surachate Hakparn – alors chef adjoint de la Police Touristique (et maintenant chef du Bureau de l’Immigration) – révélait quelques jours après la catastrophe qu’ils ne contenaient que “quatre ou cinq pages au lieu des 60 à 70 pages habituelles”.

“Je suis d’accord avec le général Surachate, c’est un élément important du dossier, et le général Surachate travaillera avec nous dans le cadre de cette enquête” disait le général Runroj.

“Je sais qu’il n’y a que quatre ou cinq pages de plans, ce qui est suspect car un bateau comme celui ci devrait en avoir beaucoup plus, environ 70 pages. J’ai ouvertement communiqué ma pensée à ce propos et je trouve cela étrange” ajoutait il.

Wiwat Chitchertwong, le directeur du Bureau Maritime de Phuket (installé à ce poste immédiatement après la catastrophe), expliquait lui aussi en Novembre “Tous les plans du Phoenix – et de chaque bateau – sont obligatoire d’après une loi du Bureau de Vérification des Normes Nautiques affilié au Département Maritime.

“Le Phoenix n’a pas été enregistré ni validé par le Bureau Maritime de Phuket. Le bateau a été validé par le Bureau de Vérification des Normes Nautiques de Bangkok” a signalé M. Wiwat, sans préciser si le Bureau Maritime de Phuket avait inspecté ‘physiquement’ le bateau.

Interrogé précisément sur l’identité de la personne qui a signé l’approbation d’enregistrement du navire, M. Wiwat répondait en Novembre “Je ne sais pas.”

Cependant, l’avocate Nalin Intarasombat a confirmé hier que Woralak ‘Yui’ Rerkchaikarn, 26 ans, résidant à Phuket – et principale actionnaire de TC Blue Co Ltd, la compagnie thaïe propriétaire du Phoenix – restait en détention dans la Prison Provinciale de Phuket en attendant le début du procès.

Woralak est en détention depuis Aout dernier après le refus par la cour de sa libération sous caution.

“Le procès débutera fin Avril par les déclarations des témoins, avant de se poursuivre en Mai.” a indiqué hier Mme Nalin.

Mme Nalin et son père Nipit Intarasombat, conseillés de Woralak, ont déjà fait savoir à la presse que Woralak comptait bien se défendre des charges qui sont retenues contre elle.

“Nous somme sûrs que ce bateau est ‘légal’. Le jour de la catastrophe, il y a eu une grosse tempête qui a été le facteur critique de cet accident.

“Nous défendrons toutes les charges retenues devant la cour, et s’il vous plaît laissez la cour déterminer qui est coupable” a dit M. Nipit.

Mais le général Rungroj et el général Surachate ont tous les deux déjà confirmé que Woralak, ainsi que le capitaine du Phoenix et l’ingénieur du bateau, seraient condamné pour négligences ayant entraîné la mort – et que les actionnaires de TC Blue Co Ltd eux aussi seraient condamnés pour ang-yee (gestion d’une organisation secrète illégale).

“D’après notre enquête, nous avons découvert que TC Blue Co Ltd était le propriétaire du Phoenix et que Woralak ‘Yui’ Rerkchaikarn, 26 ans, résidant à Phuket, était actionnaire de la compagnie” disait le général Surachate en Novembre.

“Mais nous avons également découvert que le mari de Woralak, le chinois Lei Hou, était le ‘vrai’ propriétaire de TC Blue Co Ltd et que Jakkapan Rerkchaikarn et Yindee Rerkchaikarn étaient également des actionnaires de la compagnie, masi que Woralak était l’actionnaire majoritaire” expliquait le général Surachate.

Les enquêteurs ont découvert grâce aux relevés financiers que TC Blue Co Ltd était une compagnie prête nom créée pour Lei Hou.

“Toutes les personnes impliquées dans TC Blue Co Ltd sont poursuivis pour ang-yee car il est clair qu’il gère illégalement la compagnie pour un étranger” ajoutait t il.

Le capitaine du Phoenix Somjing Boontham, l’ingénieur naval Onchan Kanhayotee et Woralak seront poursuivis pour négligence ayant entrainé la mort, confirmait alors le général Surachate.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr