Les deux russes attendent toujours leur procès pour possession de corail

procèsLes deux russes inculpées pour possession illégale de corail, acheté à un individu sur une plage de Phuket, attendent que leur affaire sous entendue par le cour provinciale, plus d’un mois après leur arrestation.

Les deux femmes – Liliya Karmanova, 20 ans, et son amie Polina Likman, 21 ans – ont été arrêtées par la police de Karon le 1er Février après une plainte déposée par le Département des Ressources Naturelles et Côtières (DMCR) de Phuket.

Une plainte avait été déposée après la dénonciation d’une ‘voisine’ (d’après la police et le DMCR) qui avait aperçu Melle Karmanova verser de l’eau de javel sur les coraux.

Finalement, il s’était avéré que la ‘voisine’ en question était la propriétaire du logement ou séjournait les deux jeunes femmes. La propriétaire s’était plainte de l’odeur du corail et des coquillages, d’où l’utilisation d’eau de javel par les deux russes.

Elles ont ensuite été libérée sous une caution de B40,000 – annoncée par le DMCR, ce que les jeunes femmes avaient ensuite clarifié comme étant une caution de B150,000 – et leur passeports ont été confisqués en attendant le procès.

Si elles sont jugées coupables, elles risquent une amende de B20,000 et un an de prison.

Plus d’un mois après leur arrestation, les deux femmes attendent toujours que leur affaire soit entendue par la cour, pour la simple et bonne raison que la police n’a pas encore transmis le dossier au procureur.

Le capitaine Channarong Prakongkue de la police de Karon a admis à The Phuket News “La police doit encore remettre le dossier au procureur. Je suis en train de vérifier les antécédents judiciaires des deux jeunes femmes”

“Cela (vérifier le antécédents judiciaires) prendra encore deux jours. Alors l’affaire sera remise entre les mains du procureur” déclare le capitaine Channarong.

Cependant, le capitaine Channarong n’a pas évoqué les raisons de cette vérification de casier judiciaire, ni si ces vérifications avaient révélé un historique criminel.

En plus de la peur de se retrouver en prison, Melle Karmonova a exprimé son inquiétude au sujet de ses études, car elle devra prouver les raisons d’une si longue absence.

Le père de Melle Polina a lui déclaré que les deux familles avaient dû souscrire des prêts bancaires afin de couvrir les dépenses juridiques et le séjour forcé des deux étudiantes en Thaïlande.

“Polina et moi sommes vraiment reconnaissantes envers nos parents pour leur soutien. Ils nous manquent beaucoup” dit Melle Karmonova.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr