L’agence anticorruption et le gouverneur de Phuket s’affronte

Gouverneur ChockchaiLe gouverneur de Phuket a nié accepter des pots de vin et a ordonné en urgence à ses officiers d’enquêter les accusations de corruption, postée sur Facebook avant-hier, de l’Organisation anticorruption de Thaïlande.
“Je n’ai jamais accepté le moindre pot de vin, ni ordonné à aucun de mes officiers de le faire,  que cela vienne de la moindre entreprise – légale ou illégale” a déclaré le gouverneur Chokchai Dejamornthan.

Le gouverneur a mis en place un comité avec pour rôle d‘enquêter sur chacune de ces accusations, lors d’une réunion organisée hier à 14h au Provincial Hall.

“Nous allons contacter la personne qui a posté cette information afin qu’elle nous fournisse les preuves et des détails. Tout sera fait de manière claire et transparente.SI il y a la moindre vérité la dedans, la (les) personne(s) responsables seront confrontée(s) avec force et implacabilité à la loi” dit le gouverneur Chokchai.

De plus, le gouverneur a lancé une campagne appelée ‘Phuket Blanche’ et a invité la population a rapporté la moindre preuve directement auprès du Provincial Hall.

Le message posté sur Facebook, qui a déclenché l’affaire, a été mis en ligne par le Dr Mana Nimitmongkol, secrétaire général de l’organisation anticorruption de Thaïlande, accompagné d’une photo de Laem Promthep.

Le Dr Mana a accusé de corruption 12 secteurs importants du gouvernement, la police locale, la police touristique, l’immigration, la police aux frontières, la division de lutte contre la criminalité, la division d’investigation de la police provinciale, la division d’investigation de la police de la Region 5; la police de la Region 8, le bureau de lutte contre le trafic d’êtres humains, le bureau de l’emploi, les municipalité locales, et le gouverneur de Phuket lui-même.

J’ai appris que la corruption se pratique au niveau national, mais à Phuket les officiers le font sans craindre aucune conséquence” a écrit le Dr Mana dans son message.

Des travailleurs migrants aux vendeurs locaux en passant par les hôtels et les entreprises étrangères, le Dr Mana a déclaré que les pots de vin étaient la règle suprême, et que le moindre problème, comme la déclaration de travailleurs migrants ou la hauteur maximale des constructions d’hôtels pouvaient tous disparaitre si la patte de la bonne personne était graissée.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr