Le policier avoue le meurtre de Saphan Hin

Saphan HinLe caporal de la Police aux Frontière arrêté pour la fusillade qui a coûté la vie au fils d’un conseiller municipal local samedi dernier dans une rue près de Saphan Hin a avoué le meurtre.

Le caporal Jakkrit Sangsaart, 23 ans, originaire de Chachoengsao, s’était présenté au poste de police de Wichit dimanche à 17h30 après la fusillade mortelle qui a coûté la vie à  Theerasak Sae-Ong.

M. Theerasak, 30 ans, fils du conseiller municipal de Rassada Charoen Sae-Ong, a été abattu vers 15h30 samedi dernier Rattanakosin 200 Pi Rd.

Sur place, la police avait retrouvé sept douilles.

M. Theerasak avait été blessé par balle à la tempe gauche. La balle était ressortie par la tempe droite.

Quelques heures seulement après, la police obtenait un mandat d’arrêt pour le caporal Jakkrit et son complice Kongkiat Songkram, aperçus par des témoins sur les lieux au moment du crime.

Après s’être présenté à la Police de Wichit dimanche, le caporal Jakkrit avait nié les charges de meurtre et de port d’arme illégal sur la voie publique qui lui étaient reprochées.

Cependant, le chef de la Police de Wichit le colonel Nikorn Somsuk indiquait hier que le caporal Jakkrit était revenu sur ses déclarations et avait avoué les faits.

“M. Jakkrit a avoué le meurtre et le port d’arme” dit il.

Le colonel a cependant refusé d’expliquer pourquoi et quand le caporal Jakkrit avait changé d’avis et reconnu les faits. Tout ce que le colonel Nikorn a expliqué a été “pendant l’enquête”.

D’après les derniers rapports, le caporal Jakkrit avait nié les faits et avait été libéré dimanche sous une caution de B400,000 autorisée par la Police de Wichit.

Le Tribunal Provincial de Phuket et le Bureau du Procureur de Phuket Public n’ont joué aucun rôle dans la décision d’accorder une libération sous caution pour le suspect.

De son côté, la Police de Wichit travaille à l’abandon des charges pour meurtre retenues dans un premier temps contre Kongkiat Songkram.

“Jakkrit a avoué avoir agi seul et être le tireur. Personne d’autre n’est impliqué dans ce crime. Il l’a fait seul” dit le colonel Nikorn.

“Par ailleurs, les témoins ont confirmé aux enquêteurs ne pas l’avoir (Kongkiat) aperçu clairement dans la pénombre” ajoute t il.

“M. Kongkiat Songkram était présent au moment de l’incident mais n’est pas impliqué dans ce crime” a assuré le colonel Nikorn.

Le caporal Jakkrit reste libre pendant que la police poursuit l’enquête, a confirmé le colonel Nikorn.

Le chef de la Police de Wichit a confiance et crois que le meurtrier n’essaiera pas de s’enfuir.

“Je ne suis pas inquiet. M. Jakkrit s’est rendu. Il se trouve à Phuket et son commandant a été informé des faits. Il ne s’échappera pas” dit il.

Interrogé quand le caporal Jakkrit devait se représenter au poste de police de Wichit, le colonel Nikorn a répondu “Dès que les enquêteurs voudront l’interroger, mais cette affaire doit être bouclée sous deux mois.”

Interrogé si le caporal Jakkrit resterait officier de police, le colonel Nikorn a répondu “Je n’en sais rien. Cela dépend du commandant de l’Unité 425 de la Police aux Frontières.”

Le colonel a ensuite refusé de communiquer d’autres détails.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr