Le projet de tram de Phuket cherche des investisseurs privés

tramL’Autorité des Transports en Commun de Thaïlande (MRTA) appelle maintenant les investisseurs privés et les administrations locales à investir dans le projet de transports en commun de Phuket. Le projet est évalué à près de B35 milliards.

Les prochaines négociations et présentations ont lieu ce vendredi à Bangkok.

Elles concernent un ‘nouveau projet de transport léger sur rails’ de 58.5 kilomètres de long d’une valeur estimée à B34.8 milliards. La route du tram prévoit de relier Tha Noon dans la province de Phang Nga, le Sarasin Bridge à Phuket, l’aéroport, Phuket Town sur la côte est de l’île, jusqu’à la principale intersection de Chalong, près du Chalong Circle.

Le projet de tram de Phuket a été divisé en deux phases : une section de 41.7 kilomètres de l’aéroport de Phuket à Chalong, une seconde phase consistant en une portion de 16.8 kilomètres entre Tha Noon à Phang Nga et Muang Mai au nord de Phuket, qui joindrait la première phase du projet.

La MRTA profitera du contrat de la première phase, qui consistera en 21 stations. Elle espère obtenir l’accord du Cabinet en milieu d’année, et lancer la construction début 2020. Elle estime que cette phase devrait être opérationnelle dès 2023.

A ce stade, la MRTA a indiqué que les prix seraient calculés en fonction de la distance parcourue, avec un prix maximum qui ne dépasserait pas les B100 à B137. Cela représenterait un coût d’usage quotidien trop élevé pour les thaïs (il faut environ B80 pour remplir le réservoir d’un scooter 110cc et qui durerait la plus grande partie de la semaine).

Les critiques disent que les stations de tram évitent toutes les principales attractions touristiques de la côte ouest et les principaux endroits où se rendent les thaïs le long de Thepkasattri Rd entre Thalang et Phuket Town puis entre Chao Fah East et Chalong.

Les critiques pensent également que les thaïs ne sont pas prêts à abandonner leur scooter pour se rendre d’un endroit à un autre, mode de transport plus pratique, pour une tram plus cher qui les forcera à utiliser des taxis encore plus chers, des bus ou des moto-taxi une fois descendu du tram à une station pour se rendre ou ils comptent vraiment aller.

Les critiques citent également la durée prévue de la construction, 3 ans, qui si l’on reprend les récents projets de constructions routiers, devrait plus durer 4 ou 5 ans, mais aussi créer d’énormes perturbations pendant le temps des travaux. Les critiques pensent également que la perte de plusieurs voies de circulation sur les routes sera une contrainte supplémentaire pour la circulation, ce qui neutralisera les maigres gains espérés par le tram.

Le gouverneur de l’île a indiqué que Phuket connaissait une croissance extrêmement rapide et que la circulation empirait, ajoutant qu’un système de transport en commun efficace était nécessaire afin d’accommoder les touristes (sans pour autant expliquer comment ce nouveau système de tram les arrangerait).

La MRTA travaille également sur un projet de trois lignes de tram à Chiang Mai, un ligne ‘rouge’ évaluée à B30.4 milliards, une ligne ‘verte’ de 11.9 kilomètres de 10 stations évaluée à B36.2 milliards, puis une troisième ligne ‘bleue’ entre le Chiang Mai Zoo et Tha Phae-Don Chan.