Le suspect d’un meurtre recherché pour une fraude foncière à Phuket

meurtreUn homme accusé du meurtre de sa femme et de quatres membres de sa belle famille à Uttaradit aurait également escroqué près de B30 millions au recteur du Collège Catholique de Chon Buri.

La police, qui a retracé l’origine de la fortune de Teerapon Pinanon, a découvert qu’il était accusé d’avoir escroqué Chaiyo Kitsakul, 66 ans, un prêtre qu’il connaissait depuis plusieurs années, en lui demandant de lui prêter B29.86 millions pour l’aider à régler une affaire d’achat foncier à Phuket.

La somme n’a jamais été remboursée et M. Teerapon n’est pas propriétaire du terrain, d’après une plainte déposée par le prêtre.

M. Teerapon, 37 ans, a été arrêté mardi matin dans le district de Kra Buri à Ranong près de la frontière birmane par une équipe de police et de militaires, après s’être enfui d’Uttaradit.

Sa belle mère, Namphueng Kingkaew, les deux soeurs de cette dernière, Nampha et Kanokwan Inthasit, ont été abattues dimanche dans une maison du district de Phichai à Uttaradit.

La femme de M. Teerapon, Kanyarat Kingkaew, et son beau père, Wirat Kingkaew, ont été tués peu après dans une maison voisine.

Deux autres hommes ont été blessés dans cette deuxième maison.

Le suspect avait été libéré de prison après une condamnation pour des faits de drogues avant de rencontrer sa femme. Les témoins ont raconté à la police qu’il avait dit à sa femme qu’il avait gagné beaucoup d’argent en investissant en bourse.

La police a appris que M. Teerapon s’était rendu l’an dernier auprès du prêtre de 66 ans à l’école Darasamut dans le district de Sri Racha, à Chon Buri.

M. Teerapon aurait dit au prêtre avoir vendu le terrain de 10 rais qu’il possédait à Phuket pour B35 millions, mais que l’argent avait été bloqué par les autorités car un membre de sa famille était accusé pour des faits de drogue. M. Teerapon a présenté des titres de propriété à son nom et persuadé M. Chaiyo de lui préter B29.86 millions. Alors qu’il devait rembourser la somme, M. Teerapon n’a cessé de reporter ses paiements puis a disparu.

Inquiet, le prêtre a vérifié auprès du Bureau du Cadastre de Phuket, qui lui a répondu que M. Teerapon n’était pas le propriétaire du terrain qu’il déclarait avoir vendu.

Le prêtre a déposé plainte auprès de la Police de Sri Racha, accusant M. Teerapon d’escroquerie.

Hier à Uttaradit, la police a demandé à M. Teerapon de reconstituer ses crimes.

Le colonel de police Thapset Khuenkaew, responsable de l’enquête à Uttaradit, a indiqué que la reconstitution s’était déroulée au poste de la police provinciale et non pas à Phayaman dans le district de Phichai, ou les meurtres ont été commis, la police craignant que les proches et amis des victimes ne tentent de se venger.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr