L’enquête sur le cambrioleur britannique se poursuit

cambrioleurLa police effectue des vérifications en collaboration avec la police royale thaïe, la police de l’immigration et Interpol concernant le britannique de 52 ans arrêté pour vol par la police de Cherng Talay jeudi dernier.

Crime, Immigration, Police,

Les vérifications sont effectuées après que la police ait appris que l’individu, sujet britannique possédant un passeport l’identifiant comme Charlie Machin, ne travaillait pas lors de son séjour sur l’ile.

A 1h jeudi dernier, le lieutenant-colonel Saard Wongweangjan et le lieutenant-colonel Chaiyut Kongkaew de la police de Cherng Talay ont arrêté le britannique Machin dans une maison située Soi Na Koh, Moo 3, à Cherng Talay, suite à un renseignement le désignant comme le suspect de différents vols, notamment un iPhone d’une étrangère à Cherng Talay.

Utilisant l’application Track My iPhone app, la russe Tatiana Motora, dont la maison de Cherng Talay venait d’être cambriolée, a découvert que son iPhone se trouvait dans une propriété de Soi Na Koh. Elle a informé la police qui s’est rendue sur place et y a trouvé M. Machin ainsi que l’iPhone volé.

La police a également saisi deux iPhone 6s, un iPad, un appareil photo Cannon, un MacBook, deux portefeuilles, quatre passeports, un porteclés, un disque dur externe, un sac noir et un scooter Yamaha noir.

Vendredi dernier, le lieutenant-colonel Sakon Krainara de la police de Cherng Talay avait confirmé à The Phuket News que M. Machin avait avoué avoir volé l’iPhone de Mme Motora et que les autres objets avaient été volés dans des propriétés de Kamala, Thalang et Sakoo.

S’adressant à The Phuket News, le lieutenant-colonel Sakon a indiqué “Après avoir arrêté M.  Machin le 23 Février mon partenaire lui m’a indiqué qu’il ne travaillait pas à Phuket donc j’ai voulu vérifier son casier judiciaire”

Interrogé s’il pensait que M. Machin avait été impliqué dans d’autres crimes à Phuket, le lieutenant-colonel Sakon a répondu “Je ne sais pas, les commissariats de l’ile travaillent séparément donc je ne peux pas vous dire si il est impliqué dans d’autres crime. C’est pourquoi nous avons besoin de plus d’informations de la police royale thaïe.

Continuez la lecture sur Phuket.fr