L’hôtel de Patong réclame B100 millions à l’Armée pour diffamation

PatongLe resort de Patong au coeur de l’affaire d’extorsion de fond par des officiers de l’armée et accusé de diffamation menace également porter plainte pour diffamation contre l’Armée Royale Thaïe et demanderait B100 millions de réparations.

La ‘contre plainte’ a été annoncé par l’avocat de l’hôtel Anand Chaiyadej, présent au commissariat de Patong en compagnie d’un membre du comité de direction de Patong Paragon Co Ltd, Wisit Eamwirojrit.

Le chef de la police de Patong le colonel Anothai Jindamanee a enregistré la plainte, après avoir déjà enregistré les plaintes du commandant adjoint du 25ème Cercle Armé le lieutenant colonel Surasak Peungyeam, et du sous lieutenant Wattanachai Klongpradit.

Ces plaintes portaient sur deux officiers de la police de Patong qui fournissaient des “services de protection privée” au responsable de l’hôtel impliqué dans la dispute, alors que tout à commencé par la plainte d’un ancien employé qui estimait avoir été licencié injustement.

Les deux officiers accusés de faire les gardes du corps ont été transférés au centre d’entraînement de Surat Thani le jour même.

Lundi dernier, le commandant de l’Armée de la Région 4 le lieutenant général Piyawat Narkvanich annonçait avoir ordonné de porter plainte pour diffamation contre l’hôtel.

Cette plainte de l’armée pour diffamation était la réponse à une vidéo publiée sur internet montrant des soldats enquêter à l’hôtel sur cette affaire de licenciement  et dans laquelle le responsable de l’hôtel déclare que les militaires ont tenté de lui extorquer de l’argent.

Pour continuer, M. Anand a déclaré que la plainte pour diffamation déposée par l’hôtel contre l’armée ne visait pas précisément l’institution de l’Armée Royale Thaïe.

“C’est simplement contre certains soldats” dit il.

M. Anand a par ailleurs indiqué que suite à des informations publiées en ligne et qui nommaient des individus, l’hôtel envisageait de porter plainte en regard du Computer Crimes Act.

En ce qui concerne l’employé licencié, à la “source du problème”, et que M. Anand n’a appelé que “M. A”, M. Anand a signalé que M. A ne s’était pas présenté au travail six jours de suite sans en informer ses employeurs.

“M. A a été absent pendant six jours entre le 25 et le 31 Décembre, et est revenu travailler le 1er Janvier, déclarant qu’il avait été malade, et bloqué à Padang Besar, à Sadao, dans la province de Songkhla” indique M. Anand.

“M. Wisit a demandé à M. A des justificatifs, mais ce dernier n’a pas été en mesure d’en présenter. Son contrat a pris fin le 5 Janvier 2018, conformément au Labor Act, BE 2541 (1998), Section 119 (5), qui stipule qu’en cas d’absence injustifiée de plus de trois jours, un employé peut être licencié sans indemnité.

“Il a refusé de partir et a demander à garder son emploi. Il a porté plainte auprès de la police de la région 8 puis auprès du Centre de Médiation, qui a ensuite informé l’Armée ROyale Thaïe.

“Puis le 27 Mars, neufs soldats se sont présentés à l’hôtel, comme nous l’avons vu sur la vidéo, sans même prendre de rendez-vous” termine t il.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr