MaAnn sous la pression après l’ordre de la cour suprême

MaAnnLa capacité de MaAnn Samran, chef de l’Organisation Administrative de Cherng Talay (OrBorTor), à appliquer les ordres d’éviction de 178 rais des plages de Layan et Leypang donnés par la cour suprême est directement remise en cause.

Le dernier avertissement avant éviction a été communiqué lors d’une réunion organisée au Provincial Hall, les occupants des terrains du front de mer  – essentiellement des restaurants et des commerces à touristes – ont jusqu’au 5 Mars pour libérer les lieux avant de voir leurs installations démolies.

La conviction de M. MaAnn a procéder à ces évictions a été directement remise en cause par Wanchat Choonhathanorm, procureur de Phuket auprès du Bureau de l’Avocat Général.

M. Wanchat est chargé de superviser l’exécution de l’ordre de la cour suprême et de s’assurer que ces évictions seront bien appliquées.

“Des signalements dans les médias m’accusent de recevoir des pots de vin afin de ne prendre aucune action à ce propos. C’est un [****] de mensonge. Je n’ai reçu aucun argent. Ma famille n’a pas besoin de cet argent” disait M. Wanchat, furieux.

“M. MaAnn, vous devez suivre cette affaire. Je ne veux plus que ce terrain soit utilisé. Nous surveillons cette affaire de près. Nous voulons que tout soit rapidement terminé.

“C’est sous votre responsabilité, M. MaAnn, En êtes vous capable?” a demandé M. Wanchat devant toute la presse présente à la réunion.

M. MaAnn a admis “Ce n’est pas aisé, mais je dois le faire”

Toutefois, il assure “S’ils ne partent pas, je les (les commerces) démolirai le 5 Mars. Rien ne m’empêchera de faire mon travail. SI les officiels ne font aucune erreur, la loi sera appliquée”

M. MaAnn a expliqué avoir donné l’ordre aux occupants de libérer les terrains du front de mer sous 15 jours à compter du 13 Février.

“Ils sont au courant et ils doivent libérer les 178 rais” dit il.

Interrogé pourquoi les officiels attendaient le 5 Mars alors que les commerces continuent à tourner malgré l’ordre d’éviction de la cour supreme, M. MaAnn a répondu “Pour qu’ils aient une chance de partir sous un délai de 15 jours, avec cinq jours supplémentaires.

Ensuite j’irai démolir toutes leurs installations”

MaAnn a refusé de répondre à d’autres questions au sujet des démolitions.

Interrogé par The Phuket News au sujet des secteurs particulièrement problématiques, le colonel Montree, du DSI, a refusé de répondre.

“Je ne peux rien vous dire à ce sujet. Mon travail est de faire en sorte que cela soit réglé” dit le colonel Montree.

“Le DSI n’est qu’un outil permettant de s’assurer que l’OrBorTor de CHerng Talay peut appliquer cette décision. Rien de plus” termine t il.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr

Plus d’information peuvent etre trouvees ici