Les officiels de Phuket patrouillent la jetée de Rawai

RawaiLe maire de Rawai M. Aroon Solos a confirmé qu’a compté du 22 Juin au moins un official patrouillera le secteur alentour de la jetée de Rawai à l’affut d’enfants de sea gypsies en train de mendier.

Crime, Culture, Police, Tourisme, Transports,

Cette confirmation est donnée après une réunion organisée à la demande du maire Aroon, dans son bureau de l’organisation administrative du sous district de Rawai, dont le but était de lutter contre le problème de la mendicité des enfants des sea gypsies.

Etaient présents le surintendant de la police de Chalong le lieutenant-colonel Pratuang Ruangthong, le chef du Village de Rawai Moo 2 M. Jarung Thaojan, les maires adjoints de Rawai Nikorn Foosaksomboon et Teeraphong Taodang, ainsi que des officiers de police et des officiels de la municipalité de Rawai.

Lors de cette réunion, le maire Aroon a confirmé “Comme première solution, nous installerons un checkpoint. Soit une équipe de sécurité du village, soit des volontaires de la défense civile seront stationnés chaque jour à ce checkpoint, dès demain, et ce de midi jusqu’à 21h” a déclaré le maire Aroon.

Le maire Aroon a signalé que la municipalité avait déjà discuté de ce problème avec les parents des enfants concernés, mais “leur coopération n’est pas à la hauteur de ce que nous espérions ”.

“Les familles des enfants qui mendient sont très pauvres. Nous avons essayé par le passé de négocier avec les parents pour qu’ils scolarisent leurs enfants à l’école Wat Sawang Arom, afin qu’il reçoive une éducation basique et minimale comme le veut la politique du gouvernement. C’est gratuit, mais certains n’ont même pas assez d’argent pour acheter des uniformes.

“Ces enfants  n’ont pas le courage d’aller à l’école car ils peuvent être moqués, ou avoir une apparence différente, une peau plus foncée ou des cheveux bouclés.

“De plus, les parents ne conçoivent pas l’importance de l’éducation, et pense qu’il n’y a pas de mal à ce que des enfants ne reçoivent aucune instruction ou mendient. D’où ce problème.