Quelle différence apporte la transparence?

transparenceLa mort du boxeur canadien Matthew Richardson la semaine dernière a mis en lumière la manière dont la police de Phuket gère ses relations avec les médias – en comparaison avec leurs homologues de Koh Tao.

Police, Homicide, Opinion,

Ironiquement, les polices de Phuket et Koh Tao dépendent toutes les deux de la police de la Region 8; oui, elles sont sous la direction du même homme, dont le quartier général se trouve a Phuket.

De manière encourageante, la police de Phuket, et plus spécialement le nouveau chef de la police de Patong le colonel Tassanai Orarigadech, laisse un accès aux informations de plus en plus  libre a la presse, notamment les affaires concernant la communauté internationale.

Autre fait d’importance, maintenant, lorsqu’elle n’est pas certaine de tous les détails d’une affaire, elle le dit.

Ne pas agir de la sorte est ce qui rend la vie infernale pour la police de Koh Tao.

Récemment, et sous une immense pression de la part de Bangkok, la police de Koh Tao a été forcée de tenir une conférence de presse afin de donner des détails dans un certains nombre d’affaires pour lesquelles le manque d’informations divulguées avait créé la suspicion et donné a la population l’opportunité d’accuser la police d’incompétence et d’étouffer des affaires – avéré ou non.

Au contraire, la police de Phuket offre une plus grande liberté d’accès aux informations, souvent même beaucoup plus que ce qui peut être constaté dans les pays occidentaux.

Cela crée des problèmes d’un autre style, parfois la presse apprend des détails de rapports préliminaires qui n’ont pas encore été vérifiés par la police.

D’autres fois, la presse est informée de détails qu’elle ne devrait pas connaître, mais qui lui donne un aperçu de la manière dont doit être présentée l’affaire au public.

C’est souvent a l’officier initialement chargé de l’affaire, ou a celui la concluant, de dévoiler les informations aux médias.

Parfois même le surintendant n’est pas informé des détails d’une enquête et invite les journalistes a se renseigner auprès de l’officier en charge de l’enquête, qui peut ne pas être disponible au moment voulu car il était de service de nuit ou car il enquête sur l’affaire en question.

The Phuket News a félicité de nombreux officiers de police, certains se réveillent même de leur sieste quotidienne pour répondre a nos questions.

Gardant cela a l’esprit, The Phuket News souhaiterait que chaque poste de police dispose d’un porte parole en mesure de divulguer des informations précises a la presse a propos d’affaires amenées a être rendues publiques. Les détails non essentiels peuvent être gardés a la discrétion de la police.

A ce propos Phuket est précurseur; nous n’avons besoin de la bénédiction de Bangkok pour trouver une meilleure solution, mais la même approche devrait exister dans tous les commissariats, y compris a Koh Tao.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr