Opinion : Il y en a marre

OpinionLes dernières révélations indiquant que l’Organisation Administrative Provinciale de Phuket (PPAO, ou OrBorJor) avait secrètement accordé un budget de B13 millions pour un service de sauveteurs sur les plages de Phuket à un cabinet de conseil de Bangkok constituent un nouveau rebondissement ‘époustouflant’ de la débâcle du sauvetage à Phuket.

Les détails de ce contrat, signé par le controversé chef du PPAO Watcharin Patomwattanapong, ne sont pas évidents, mais il semble qu’il ait pris effet le 1er Mars, et stipule qu’un cabinet de conseil de Bangkok, LP Laikhum Co Ltd, soit tenu de fournir 98 sauveteurs qui doivent patrouiller sur les plages du 1er Mars au 30 Septembre.

Mais ces engagements ne sont déjà pas tenus – a l’heure actuelle aucun sauveteur ‘légal’ n’a été dépêché sur les plages de Phuket. Apparemment car la liste les noms des 98 sauveteurs recrutés n’a pas encore été soumise à l’approbation du PPAO – un critère du contrat.

Le 14 Mars, The Phuket News apprenait que les soldats de l’Armée Royale Thaïe qui patrouillaient à Kamala Beach avaient demandé aux sauveteurs volontaires d’arrêter de surveiller les plages car ils n’étaient pas employés par le détenteur du nouveau contrat. Les sauveteur volontaires de Patong Beach ont été empêchés de poursuivre leur ‘travail’ et confirmaient qu’aucun sauveteur ‘officiel’ ne patrouillait sur aucune des plages de Phuket.

Qu’une telle rupture des termes du contrat survienne, dès le début de sa mise en application, devrait immédiatement rendre un tel contrat nul et non avenu. Le PPAO a des obligations claires, et la population dispose du droit primordial de demander la transparence pour un service qui fait la différence entre vie et mort sur les plages de Phuket.

Nous n’avons pas entendu le gouverneur de Phuket Norraphat Plodthong à propos de ces derniers développements, mais s’il veut rester droit dans ses bottes et s’assurer qu’une solution durable au problème des sauveteurs soit adoptée, il devrait déchirer ce contrat et travailler à financer une solution à long terme aussi vite que possible. De préférence sans la participation de l’incompétent et agressif chef du PPAO Watcharin, qui semble t il fait tout ce qu’il peut pour saboter la moindre solution efficace en faveur d’une solution arbitraire et opaque.

Combien de gens vont encore devoir mourir pendant que se joue cette saga ridicule?

Retrouvez cet article sur Phuket.fr