Transfert au sein de la police après la fusillade au checkpoint

fusilladeNeuf officiers ont été transférés hors de la province 24 heures après le début de l’enquête sur la fusillade qui a coûté la vie à un automobiliste qui a forcé le checkpoint de police mardi dernier à Cherng Talay.

La décision a été prise alors que les proches de la victime, en colère, ont fait ‘parader’ le cercueil dans les rues pour protester contre ce ‘meurtre’.

Chitnupong Kherjan, habitant de Karon, a été abattu dans son pickup près du restaurant Tonhorm sur Srisoonthon Rd à Cherng Talay mardi vers 1h30.

La police avait signalé avoir retrouvé des armes et des munitions dans le véhicule de Chitnupong, et avoir ouvert les feu quand le suspect les a menacé de son arme.

Vers 13h30, le père de Chitnupong, Arun Kherjan, accompagné de 50 proches et amis, a pris les devants d’une ‘procession’ de véhicules emmenés par un camion qui a transporté le cercueil de son fils de Wat Kettho à Kathu, ou les funérailles seront célébrées, jusqu’au Provincial Hall.

Les proches de la victime ont demandé au gouverneur de Phuket Nopparat Plodthong de “rendre justice” après cette fusillade, qu’ils considèrent un usage “excessif” de la force par la police.

Certains riverains arboraient des pancartes lisant: « la Police Tue ».

“Nous protestons après la mort de mon fils car ce ‘meurtre policier’ est incroyable. Je ne comprends pas pourquoi la police a fait ça” dit M. Arun.

Le gouverneur Nopparat a assuré que l’incident serait l’objet d’une enquête et a suggéré aux proches de la victime de communiquer toutes les informations nécessaires au Centre de Médiation de Phuket qui les assistera dans l’enquête.

Le commandant de la Police Provinciale de Phuket le major général Teerapol Thipjaroen a déclaré “La police (impliquée dans la fusillade) n’a pas conservé son calme. Neuf officiers sont impliqués. Ils seront transférés dans les 24 heures (et resteront dans leur nouvelle affectation) jusqu’à ce que l’enquête soit conclue.

“Le procureur et la police ont reçu toutes les preuves. Je vous assure que l’enquête sera juste et impartiale pour tous” dit il.

“Si l’enquête montre qu ela police a fait une erreur, les officiers seront poursuivis” continue le général Teeraphol.

De son côté, The Phuket News a appris que Chitnupong était recherché pour trois mandats d’arrêt – deux émis à Phuket et un à Trang – dont un a été annulé, et qu’avant l’émission de ces mandats, Chitnupong était impliqué dans cinq autres affaires criminelles.

Après leurs protestations, les proches de la victimes ont transporté le corps de Chitnupong au temple de Kathu et attendent les résultats d’une autopsie indépendante et les conclusions de l’enquête avant les funérailles.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr