Un australien en liberté sous caution s’enfuit après l’agression d’une hôtesse de l’air et le vol d’un yach

australienUn australien en cavale après l’agression l’an dernier de deux hôtesses de l’air lors d’un vol Sydney Bangkok a été arrêté, et libéré, à Darwin alors qu’il avait quitté Phuket sur un yacht volé.

Owen Van Duren, 37, et son frère Shane, 43 ans, ancien des forces spéciales, sont arrivés à Darwin dimanche 26 Août après six semaines de navigation, rapporte le Daily Mail.

Les deux hommes avaient quitté Phuket le 7 Juillet.

Van Duren a été incarcéré en Thaïlande pendant six mois et avait quitté le pays en yacht, un catamaran Nautitech Open 40 de 2015 nommé Pina Colada, alors qu’il était en liberté sous caution.

Le bateau était exploité par Elite Yachting à Phuket Boat Lagoon et devait être rendu le 21 Juillet.

“Nous sommes très inquiet pour l’état de santé de l’équipage” déclarait Jurg Hofer, directeur d’Elite Yachting Co Ltd, à The Phuket News alors que les tempêtes balayaient l’île en Juillet.

“Les clients sont partis le 7 Juillet et devaient revenir le 21 Juillet, mais ils ne sont pas revenus.

“Les autorités thaïes et des pays voisins ont été informées – mais nous n’avons reçu aucune nouvelle information” ajoute t il, indiquant que “de nombreuses informations avaient déjà été partagées sur les réseaux sociaux” poursuit M. Hofer.

D’après le Daily Mail,  le média local de Darwin NT News a signalé qu’Owen Van Duren avait été placé en détention par la Police des Territoires du Nord lors de son arrivée à Darwin dimanche, avant d’être relâché.

“Les autorités australiennes ont également accusé Van Duren de l’agression d‘une hôtesse de l’air, mais le procureur a retiré les charges et décidé de le libérer” indique le rapport.

“Les procureurs thaïs auraient empêché les autorités australiennes de poursuivre ces charges, en a déduit News Corp” ajoute le rapport.

Il n’est pas clair si les autorités thaïes demanderont l’extradition de Van Duren, continue le Daily Mail.

Un porte parole des Forces aux Frontières a indiqué que le catamaran était suivi depuis des semaines avant son arrivée à Darwin,ajoutant que “Le bateau en question pourrait avoir été volé”

Le frère d’Owen, Shane, ancien soldat de l’armée australienne, est actuellement suspendu après une violente confrontation avec la police et le RSCPA en 2015, ajoute le Daily Mail.

Van Duren, 41 ans à l’époque, s’est introduit dans un centre du RSPCA de la banlieu de Canberra pour réclamer son berger belge noir, ‘Kalu’.

Le chien, un animal d’assistance contre les troubles post-traumatiques, lui avait été retiré pour négligence.

Pendant le procès, le procureur avait indiqué que Van Duren était sous le radar de RSPCA après l’euthanasie de son précédent chien pour négligence.

Van Duren aurait percé trois clôtures pour reprendre son chien.

La police et un inspecteur de RSPCA se sont rendus au domicile de Van Duren, ou ils ont retrouvé le chien, cependant Van Duren a refusé de le rendre et s’est enfuit par la porte de derrière avec l’animal.

“Vous n’aurez pas le chien” leur a t il dit.

Lorsque la police a voulu l’arrêter, Van Duren aurait frappé Constable Daniel Neit à la mâchoire à deux reprises, puis les deux se seraient battus.

“L’inspectrice de RSPCA Catherine Croatto s’est interposée, mais Van Duren l’aurait étranglée en disant qu’il allait la tuer” indique un reportage d’ABC.

“Je vais te tuer s*****” a t il dit.

“Tu es morte s*****… morte dans moins d’un an”

Shane Van Duren a passé 46 jours en détention et a plaidé coupable pour les charges d’étranglement et de d’agression, indique le Daily Mail.

Le chien a par la suite été rendu à Van Duren, qui a été suspendu pendant une durée de deux ans et demi.

“Il est ou il doit, la ou il appartient. Il va bien. La famille est heureuse” déclarait il à ABC.

Van Duren a servi au Timor Oriental et confronté à des expériences traumatisantes – dont la mort de camarade en 1999 et 2000, signalait Helen Murrell à ABC l’an dernier.

La magistrate Beth Campbell, lors du procès initial, décrivait les actes de Van Duren par une explosive perte de contrôle.

“Quelque chose ne va pas avec cet individu pour qu’il soit si aggressif” dit elle.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr