Un boxeur de Phuket se prépare à combattre à Las Vegas

Las VegasLe champion suédois de boxe thaïe, Magnus ‘Crazy Viking’ Andersson, se prépare pour plus excitant challenge de sa carrière. Que faut il à un boxeur étranger pour devenir l’un des meilleurs combattant du sport national thaï?

Le ‘Crazy Viking’ va débarquer à Las Vegas ce samedi 30 Mars pour affronter le brésilien Washington Luiz dans le cadre du ‘Superfight’ au Lion Fight 53.

Lion Fight Promotions a été créé en 2010 et est la première organisation nord américaine de boxe thaïe. Elle a développé ce sport aux USA grâce à des retransmissions télévisées sur CBS Sports et AXS TV.

Le sport est devenu de plus en plus populaire avec l’avènement de l’UFC et du MMA qui sont dominés par la boxe thaïe et le jiu jitsu brésilien.

Andersson a signé un contrat de quatre combats sur 18 mois avec Lion Fight, qui l’emmenera combattre sur des ring mondiaux jusqu’en 2020.

Mais comment tout a commencé?

Andersson a commencé à apprendre la boxe thaïe il y a dix ans, à l’âge de 15 ans, à Halmstad, en Suède. Il a ressenti le besoin d’apprendre à se battre après une bagarre à l’école qui lui a fait comprendre qu’il ne voulait plus sentir qu’il ne pouvait pas se défendre.

Il s’est inscrit dans la salle de boxe thaïe locale avec cinq de ses amis. Ces amis ont abandonné un par un mais pour Magnus, la valeur des accomplissements atteints était trop importante pour arrêter.

Trois ans plus tard, il participait à son premier combat amateur, qu’il a remporté.

“Cette nuit là, j’ai ressenti quelque chose de nouveau, quelque chose que je n’avais jamais ressenti auparavant. Se tenir face à face avec un autre combattant et devoir déterminer qui serait le plus fort devant une foule de spectateurs a créé un sentiment auquel je suis immédiatement devenu accro” dit il.

“Dès cet instant, j’ai su que je voulais vivre de la boxe thaïe.”

Andersson a remporté 13 combat d’affilé pour devenir champion de Suède et champion nordique.

Sa première opportunité de se rendre en Thaïlande s’est présentée avec le IFMA World Championships à Bangkok. IFMA (Fédération Internationale des Boxeurs Thaïs Amateurs) est l’organisation directrice de la boxe thaïe amateur, et réunit 130 pays membres. Andersson a remporté la médaille d’argent de ces championnats et remporté de nombreux autres titres prestigieux avant d’emménager à Phuket en Novembre 2016.

Au cours des deux dernières années et demies, Andersson s’est entraîné sans relâche avec la très respectée ‘Sitsongpeenong’ qui l’a sponsorisé. A 25 ans, il détient un record de 50 combats et 37 victoires dont 11 par KO. Avec 20 combats en Thaïlande, Andersson a depuis combattu dans de nombreux pays du monde dont le Canada, la Chine, la Russie, la Croatie et la République Tchèque.

En 2017 il a participé au MX MUAY XTREME aux côtés des meilleurs boxeurs du pays. Après avoir battu plusieurs des meilleurs combattants, dont le champion du Lumphini Stadium (titre le plus prestigieux de ce sport), il est devenu champion de la catégorie 70kg, titre qu’il détient encore à ce jour.

En 2018 apparaissait régulièrement à la télévision dans le cadre des Top King World Series. Plusieurs victoire mémorables lui ont offert la possibilité d’affronter le combattant de l’Isan Chujaroen Dabransarakham, champion respecté du Lumphini Stadium, contre qui il a perdu de peu sur décision des juges.

“Les thaïs me demandent souvent pourquoi je me bats.” “Tu pourrais gagner beaucoup plus d’argent en travaillant en Suède, pourquoi t’infliger tous ces coups et te soumettre à cette rude discipline?” demandent ils.”

“La plupart des combattants étrangers ne se battent pas pour l’argent. Nous nous battons pour l’amour de la boxe thaïe. Nous sommes motivés par la passion plus que par l’argent, c’est pour cela que l’on rencontre de nombreux grands combattants étrangers” déclare Andersson.

“La plupart des thaïs commencent à s’entraîner très jeunes, poussé par leurs parents dans la perspective d’un soutien financier. Pour eux il est compliqué de comprendre que des personnes qui ont l’opportunité de gagner beaucoup d’argent dans un travail’ normal’ puissent choisir de ‘se battre pour vivre’, car la vie quotidienne des boxeurs est loin d’être glamour.”

Six jours par semaine Andersson se lève dès l’aurore à 6h et commence par un footing dans les collines dans des escaliers sur sur du plat, ou encore des sprints, pour terminer à la salle vers 7h ou il commence à s’entraîner avant de passer sur les sacs de frappe. Selon le jour de la semaine, il s’entraîne à des combinaisons, à des prises de combat au corps debout et des mises au sol… Deux heures et demie plus tard sonne la fin de l’entraînement du matin, lui offrant du temps pour manger et se reposer avant de tout recommencer à 15h30.

En plus des 12 sessions par semaine, il s’adonne à des sessions de musculation.

Est ce votre préparation habituelle avant un combat? Lui demandais je.

“Non, c’est l’entraînement quotidien” répond il. “Les entraînements deviennent plus intenses avant un combat. Quand un combat est prévu, je suis plus concentré et les entraînements sont plus intenses.”

“Mon coach, Tim, le propriétaire de Sitsongpeenong Phuket, analyse mon adversaire et détermine un plan de combat que mon entraîneur, Ghi, un ancien champion du monde et champion Lumphini, m’aide à exécuter.

“J’ai une super équipe qui m’entoure. Tim et le cerveau; J’ai gagné beaucoup de combats grâce à ses stratégies et son implication. Ghi (connu sur les rings sous le surnom de Sayanoi) est un entraîneur extraordinaire dont le palmarès parle pour lui.”

Dernièrement Andersson a apporté de grands ajustements à son régime et à son entraînement. Avec l’apport de l’entraîneur de Synergy_AF Justin Wallace, et le sponsor nutritif d’un restaurant local, Bistro Bang Tao, qui offre tous les repas au champion, il a réussi à passer un nouveau palier, et pour la première fois de sa carrière la gestion de son poid est telle qu’il n’a pas besoin de perdre beaucoup de poid avant un combat.

“J’avais l’habitude d’être dans les 78/79kg en m’entrainant six jours par semaine et devais atteindre les 74/75kg avant de me ‘déshydrater’ à 70kg la veille d’un combat.

“De telles pertes de poid ont forcément un impact négatif sur ma force. Mais depuis que je suis ce régime grâce à mon sponsor je stagne autour de 74/75kg, ne laissant que peu de poid à perdre avant la pesée 24 heures avant le combat” explique Andersson.

Il y a des dangers dans ces pertes de poid et les instances dirigeantes insistent depuis longtemps pour prévenir des blessures en modifiant les règles de sélection et de poid.

Des séjours à l’hôpital et même des décès ne sont pas inhabituels en raison de la déshydratation.

“Une amie à moi a perdu connaissance trois fois pendant une ‘perte de poid’” signale Andersson.

Après el Superfight de Las Vegas, Andersson passera plusieurs semaines à participer à des séminaires aux Etats Unis avant de s’envoler pour la Suède ou il reverra sa famille pour la première fois depuis un an. Ensuite il reviendra à Phuket.

Quelle sera la suite pour quelqu’un qui a atteint la plupart de ses objectifs?

“D’abord, je combattrai pour la ceinture du Lion Fight 160lbs. Après ça, je souhaite remporter le titre mondial de WBC Muay Thai” dit il.

Avec des allées et venues dans le top 10 mondial de la WBC, le combattant pense qu’il lui faudra deux ans avant de pouvoir concourir pour le titre.

Champion du monde WBC à 27 ans ne sonne pas trop mal.

Retrouvez cet a rticle sur Phuket.fr