Une australienne envoie un message désespéré depuis sa cellule de l’Immigration

australienneClaire Johnson devait rentrer à Sydney le 8 Janvier, mais depuis envoie des messages depuis une cellule thaïe. Elle déclare ne pas vouloir rentrer chez elle car ‘des choses graves se sont passées’.

Elle a écrit à une amie disant qu’elle était ‘effrayée… contactes les médias’.

Un article publié par Mail Online indique que Claire Johnson, 46 ans, devait revenir à Sydney le 8 Janvier, mais a contacté une amie une semaine plus tard lui disant qu’elle était ‘effrayée’ et enfermée dans une cellule de détention de l’immigration.

Le Département des Affaires Étrangères a signaler lui fournir une assistance consulaire.

“Pour des raison de confidentialité, nous ne pouvons pas communiquer d’autres détails.”

Claire se décrit sur les réseaux sociaux comme la fondatrice de Cosmetic Holidays International, “un agence de tourisme médical qui propose des packages à Phuket”.

Le jour où elle était censée rentrer en Australie, l’article prétend que Claire a publié sur sa page Facebook ‘Toutes les grandes aventures se terminent par un big bang’. Elle dit qu’elle ne prendra pas son vol et que la situation est ‘grave’.

La nuit dernière, dans un moment de panique elle a envoyé un message à son amie, Juliet Potter, la suppliant de l’aider car elle était ‘effrayée… contactes les médias.’

“Ils me prennent mon téléphone… Je dois y aller.”

Mme Potter a indiqué à Mail Online Australia que son amie a besoin d’aide “Apparemment elle doit payer quelqu’un.”

“Elle a dit quelque chose à propos de vouloir acheter une couverture dans sa prison – il faut acheter une couverture et un oreiller.”

Mme Potter déclare que le Département des Affaires Étrangères n’en faisant pas assez pour venir en aide à son amie, de qui elle n’a plus de nouvelles depuis ce dernier message.

Il n’y a eu aucune couverture médiatique du sort de Claire dans les médias thaïs. Certains messages Facebook de personnes qui savent ce qui se passe disent que Claire aurait dépassé la validité de son visa.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr