Une française déportée pour vapotage

vapotageLa Police de Karon a répondu aux plaintes d’une touriste française arrêtée à Karon avec une cigarette électronique.

Cecilia Cornu, 31 ans, était en vacances en famille à Phuket en janvier quand elle a été arrêtée par la Police de Karon le 30 Janvier une cigarette électronique à la main alors qu’elle était en scooter avec son fiancée et que ses parents et frères suivaient derrière.

Melle Cornu a déclaré avoir été arrêtée par quatre policiers qui lui ont arraché sa cigarette électronique des mains et lui ont demandé B40,000, qu’elle a refusé de payer.

Elle dit qu’après son arrestation elle a été conduite au poste de police de Karon ou les officiers ont essayé de l’intimider pour qu’elle paye des pots de vin.

Melle Cornu a été inculpée, a eu son passeport confisqué et la date du 11 février a été fixée pour son procès. Elle était sensé repartir en France le lendemain de son arrestation.

Elle a payé la caution de B100,000 et a été libérée le jour même, en attendant son procès.

Le 11 Février Melle Cornu s’est rendue au Tribunal Provincial de Phuket ou elle a été jugée coupable et condamnée à payer une amende de B827 (23 euros). On l’a ensuite envoyée auprès de L’Immigration de Phuket pour ce qu’elle pensait serait récupérer son passeport.

En arrivants dans les bureaux de l’immigration, on lui a dit qu’elle serait transférée à Bangkok d’où elle sera déportée.

Melle Cornu a été conduite à Bangkok ou elle dit avoir passé quatre jours et trois nuits dans une cellule qu’elle partageait avec 60 autres femmes dans des conditions atroces ou elle devait dormir sur le sol sans drap ni matelas.

Melle Cornu dit que cette mésaventure lui a coûté environ 8,000 euros (B286,000) entre le frais de justice et les dépenses de voyage.

Le chef de la Police de Karon le colonel Prasarn Hankotha a répondu aux accusation de Melle Cornu. Il a déclaré “La Police de Karon a arrêté Melle Cécilia Cornu après l’avoir vue utiliser une cigarette électronique le 30 Janvier à Karon.”

“Après avoir attendu au poste de police pendant plusieurs heures pendant que les officiers travaillaient sur son dossier avec son avocat, elle a demandé une libération sous caution qui a été accordée pour un montant de B100,000” a t il ajouté.

“Elle a payé la caution et a été libérée le jour même. Nous ne l’avons pas retenue dans une cellule pendant qu’elle était au poste de police.”

Le colonel Prasarn a ensuite expliqué que la caution a entièrement été restituée à Melle Cornu. “Nous avons des documents pouvant le prouver” dit il.

“Melle Cornu a été condamnée à une amende par le Tribunal Provincial de Phuket le 11 Février, mais nous ne connaissons pas le montant de cette amende car nous n’avons pas encore reçu le compte rendu du tribunal.”

Le colonel Prasarn a officiellement démenti les accusations déclarant que ses officiers ont réclamé un pot de vin de B40,000 à la suspecte. “La Police de Karon n’a rien à voir avec ça” a t il affirmé.

“Nous avons confisqué son passeport pour éviter qu’elle ne quitte le pays avant son procès, c’est une procédure normale” dit il. “La police l’a ensuite envoyée au Bureau de l’Immigration de Phuket le 11 Février pour procéder à sa déportation via Bangkok.”

Interrogé sur les déclarations de Melle Cornu concernant ses dépenses, le colonel Prasarn a répondu “Nous ne savons rien au sujet des 8,000 euros ou B286,000. Elle a payé une amende au Tribunal Provincial de Phuket, voilà tout ce que nous savons.”

Le chef du Bureau de l’Immigration de Phuket le colonel Kathathorn Kumthieng, a expliqué la procédure normale concernant tous les étrangers transférés à Bangkok pour deportation, signalant qu’il pouvait s’écouler trois ou quatre jours le temps de préparer tous les documents de voyage et d’organiser les frais de logement qui sont à la charge du déporté pendant cette période.

Interrogé sur l’affaire de Melle Cornu, il a répondu “Je ne connais pas les réclamations de Melle Cecilia. Ce n’est pas un problème important.”

Retrouvez cet article sur Phuket.fr