Une infirmière frappée par le proche d’un patient mécontent

infirmièreLe comité de direction de l’hôpital Vachira a confirmé hier que les enregistrements de vidéosurveillance montre le proche d’un patient âgé frapper une infirmière qui ne l’a pas laissé rentrer dans le service des urgences.

Une conférence de presse a été organisée hier à l’hôpital Vachira par le directeur adjoint le Dr Wirasak Lothongkham, accompagné de son équipe administrative et des infirmières témoins de l’incident.

La nouvelle est parue sur internet alors que la vidéo d’un incident survenu mardi soir montre un homme en colère fulminer et insulter le personnel de l’établissement. La vidéo a rapidement été vue par plus de 200,000 personnes.

Le Dr Wirasak a expliqué hier que l’individu, dont il n’a pas révélé l’identité, était arrivé à l’hôpital Vachira, principal hôpital gouvernemental de l’île, avec plusieurs membres de sa famille , dont une femme de 35 ans avait besoin de soins en urgence.

Le Dr Wirasak n’a pas précisé la relation entre cette femme de 35 ans et l’homme en colère, qui est suffisamment âgé pour être son père.

Cependant, explique t il “Les proches de cette femme ont dit aux infirmières qu’ils buvaient tous de l’alcool quand soudain elle a commencé à se sentir mal et à sentir plusieurs symptômes, c’est alors qu’ils sont venus à l’hôpital. Les infirmières l’ont aidée en réalisant un examen préliminaire puis l’ont emmenée aux urgences.

“Les infirmière l’ont également inscrite avec une ‘gold card’ afin que les frais soient pris en charge par le gouvernement” explique le Dr Wirasak.

“Quand les proches sont revenus (devant la salle des urgences) après l’admission de la femme (avec une ‘gold card’), ils ont demandé à entrer dans la salle – mais les infirmières ne les ont pas laisser car ils étaient trop nombreux” dit il.

“Cependant l’homme que l’on voit sur la vidéo n’était pas d’accord et a continué à insister pour rentrer dans la salle, l’infirmière n’a cessé de lui expliquer  qu’il y avait trop de monde pour la salle. Quatre autres patients étaient dans le coma et d’autres sous assistance respiratoire.

“Dans ces circonstances, l’infirmière ne les a pas laissé entrer dans la salle. Elle a expliqué que dans de telles circonstances seuls les médecins et le personnel médical était autorisé dans la salle” signale le Dr Wirasak.

L’homme s’est fâché, et a commencé a agresser verbalement l’infirmière, puis l’a giflée, poursuit il, tout en montrant l’image de vidéosurveillance de l’incident publiée dans la presse.

Cette partie de l’altercation n’a pas été publiée en ligne car elle a été enregistrée par les caméras de l’hôpital, signale le Dr Wirasak.

“Après avoir frappé l’infirmière, cette dernière n’a pas répliqué et est restée derrière son comptoir” dit il.

“L’homme a alors fait le tour du comptoir et a attrapé une chaise comme si il allait frapper l’infirmière avec, mais les autres personnes l’en ont empêché et l’on éloigné” ajoute t il.

“C’est à ce moment que l’infirmière a appelé la police” indique le Wirasak.

“L’hôpital a accordé à l’infirmière trois jours d’arrêt de travail après cet incident” fait remarquer le Dr Wirasak.

“Nous n’avons jamais eu une seule plainte à propos de cette infirmière” poursuit il.

Cependant la direction de l’hôpital souhaite connaître les raisons de cette altercation, dit le Dr Wirasak.

“D’après les éléments reçus jusqu’ici, il semblerait que la communication ait été rompue entre le personnel et les proches de la patiente” continue le Dr Wirasak.

“L’hôpital traitera toutes les plaintes contre son personnel afin de prévenir de nouveau incidents similaire et travaillera à réduire le stress de ceux qui attendent pendant que leur proche est soigné” dit il.

“S’il vous plait, si vous faites face à des comportement impolis, signalez le afin qu’à l’avenir nous puissions éviter de telles situations et des cas de violence” dit le Dr Wirasak.

Le Dr Wirasak n’a pas mentionné si la police prendrait des mesures suite à cet incident.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr