CAISSE DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Une réforme adoptée à l’unanimité

réformeLa réforme de la CFE vient d’être adoptée à l’unanimité à l’Assemblée nationale. Que va-t-elle changer concrètement pour les clients ?

La proposition de loi de réforme de la CFE, initiée par le sénateur Jean-Yves Leconte, a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale le 12 décembre. Elle est le fruit d’une large concertation engagée dès 2015. Le rapport de l’IGAS rendu en juillet 2015 avait formulé des recommandations sur la nécessaire adaptation de l’offre tarifaire de la caisse.

La réforme de la CFE est double. Elle permettra :

– Une modernisation de l’offre tarifaire, en définissant un nouveau régime de cotisation simplifiée et en unifiant le mode de calcul des cotisations des différentes catégories d’assurés ;

– Une meilleure lisibilité de ses garanties, en simplifiant ses conditions de remboursement. Cela permettra également de faciliter la prise en charge en tiers payant dans le  réseau de soins de partenaires. Ce dispositif est en cours d’expérimentation sur quelques pays d’Asie et d’Afrique.

Avec cette réforme, la CFE pourra donc diversifier son offre, et l’adapter aux besoins des différentes catégories d’expatriés, qui peut par exemple varier en fonction du pays d’expatriation.  selon que les personnes aient besoin d’une protection sociale en France, à l’étranger ou les deux. « Un conjoint qui travaille pourra également être affilié sous un contrat « famille », ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Le fait d’avoir une cotisation par famille sera aussi plus attractif, le tarif étant le même que l’on soit 2, 3 ou plus rattaché à ce contrat»

Dans une seconde étape, la CFE travaille à la mise en œuvre du système Sésame vitale, pour permettre à  ses clients de conserver leur carte vitale lors de leur expatriation. Ils pourront ainsi l’utiliser lors de leurs séjours temporaires en France  et bénéficier ainsi du tiers payant. La réintégration dans le système de sécurité sociale en sera facilité lors du retour définitif en France en fin d’expatriation.

Contineuz votre lecture sur lepetitjournal/bangkok