Limiter les dégâts d’une soirée arrosée, c’est possible

soiréeRéveillon du nouvel an, mariage, soirée Coupe du monde, célébration d’un contrat juteux, etc. Les occasions ne manquent pas de se lever le matin avec le fameux « mal aux cheveux », nausée, maux de tête, vertiges, bouche pâteuse, etc. Que produit dans notre corps une soirée arrosée, et comment prévenir la gueule de bois ? Les conseils du BNH Hospital, à consommer sans modération !

Qu’est-ce que la gueule de bois ?

Lorsque l’on boit, notre foie secrète une série d’enzymes afin de dégrader l’alcool. Le rein évacue alors les déchets via les voies urinaires. Le buveur se rend donc souvent aux toilettes, rejette plus d’eau qu’il n’en boit réellement. Provoquant une déshydratation, responsable entre autres de la sensation de bouche pâteuse, de la soif et des maux de tête. Plus on boit, plus les toxiques s’accumulent, le foie est dépassé ! En découlent les symptômes digestifs (nausées, vomissements). L’alcool augmente l’acidité de l’organisme (d’où les maux d’estomacs) et affecte également le système nerveux (ralentissement des réflexes?).

Comment l’éviter ?

Pas de secret : l’abstinence ou la modération en sont le meilleur moyen !

Mais voici quelques trucs pouvant limiter les dégâts :
> Buvez beaucoup d’eau (la plus importante mesure) pour bien tolérer l’alcool. Limitez les snacks salés qui donnent soif (ils sont parfois offerts gracieusement dans les bars?).
> Si possible, évitez les mélanges d’alcool et remplissez votre verre d’eau au début du repas.
> Mesdames, n’essayez pas de rivaliser avec les hommes : lorsque vous buvez, votre taux d’alcoolémie augmente plus vite que chez ces messieurs pour une consommation égale.
> Évitez de boire à jeun, car avoir l’estomac plein ralentie l’absorption d’alcool.
> Préférez les alcools clairs (contenant moins d’impuretés) et de bonne qualité.
> Consultez un médecin si vous prenez un traitement car l’alcool est incompatible avec certains médicaments (neuroleptiques, antidépresseurs etc.).

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok