Prévenir le risque de thrombose lors d’un vol long-courrier

thromboseLa thrombose veineuse profonde n’est pas un terme agréable à l’oreille. Pourtant, avoir conscience du risque, apprendre à le maîtriser et le prévenir est essentiel pour profiter d’un long vol sans soucis.

L’avion est aujourd’hui le moyen de transport le plus sûr. Mais, avec l’altitude et la pression atmosphérique, certaines personnes peuvent être sujettes au risque de thrombose veineuse profonde.

Ce terme médical barbare relève de la formation d’un caillot sanguin dans les veines profondes du corps, un mal à prendre en considération pour éviter des complications.

Mieux appréhender le risque pour mieux l’empêcher. La thrombose veineuse profonde, comme l’explique le Dr Veeravorn Ariyakhagorn, chirurgien vasculaire de l’hôpital Bumrungrad de Bangkok, est la présence d’un caillot sanguin, le plus généralement situé dans les jambes.

Le plus grand danger dans ce cas est le détachement du caillot et son avancée dans une artère pulmonaire obstruant le flux sanguin ce qui provoque l’embolie pulmonaire chez le sujet.

Le développement d’une thrombose de ce type résulte généralement d’une immobilisation prolongée des jambes, comme lors d’un vol long-courrier.

Et certaines personnes sont plus susceptibles que d’autres de souffrir d’une thrombose. L’hérédité de problèmes vasculaires (circulation sanguine), la grossesse ou l’immobilité à cause de l’âge ou de l’obésité sont les principaux facteurs de risques.

Sans devenir hypocondriaque, une bonne connaissance de son risque de thrombose permet de reconnaître les symptômes au bon moment. La formation d’un caillot survient par le gonflement des jambes avec la présence de rougeurs ou d’une sensibilité, les symptômes peuvent parfois diverger.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok