Rappel sur les vaccinations

vaccinationsLa vaccination agit à deux niveaux :

1) Il s’agit d’une protection individuelle contre des maladies graves, potentiellement handicapantes voire mortelles ;

2) Il s’agit aussi d’un moyen de protection des autres ; en effet, en étant vacciné, on contribue à interrompre la chaine de transmission de certaines infections. Et du coup, on protège celles et ceux qui ne sont pas encore protégés ou qui sont à risque accru de maladies infectieuses comme les nourrissons, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes malades ou dont le système immunitaire est déprimé.

Être vacciné et vacciner ses enfants et ses proches est donc une mesure individuelle mais aussi altruiste. Elle permet de protéger la collectivité – c’est un geste citoyen de solidarité.

Vaccins obligatoires pour les enfants

A partir du 1er janvier 2018, en France, 11 vaccins sont obligatoires. Vous devrez prouver que l’enfant est vacciné lors de son inscription en collectivité (crèche, halte-garderie, école, colonie, etc.). A cet effet, il pourra vous être demandé de produire le carnet de vaccination de votre enfant, ou à défaut, un document du professionnel de santé attestant de la réalisation des vaccins.

Il s’agit des vaccins contre :

- la diphtérie,
- le tétanos,
- la poliomyélite,
- l’haemophilius influenzae B (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites),
- la coqueluche,
- l’hépatite B,
- la rougeole,
- les oreillons,
- la rubéole,
- le méningocoque C (bactérie provoquant des méningites),
- le pneumocoque (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites).

Attention, cette obligation est pour la France ; du coup, à l’étranger il est possible que ces vaccins ne soient pas inclus dans la couverture prévue par votre praticien ou à l’hôpital où votre enfant est suivi. Il convient donc de vérifier qu’il ou elle bénéficie bien de tous les vaccins dont la protection est nécessaire en France.

Calendrier vaccinal

Les calendriers vaccinaux varient suivant les pays. A titre indicatif et pour la France, voici le lien vers le calendrier simplifié des vaccinations, mis à jour en janvier 2018.

Et en Asie du Sud-Est ?

A priori, deux vaccinations supplémentaires peuvent être recommandées :

• Le BCG ou vaccination contre la tuberculose n’est plus obligatoire en France, car la maladie y est très rare (sauf pour certaines populations ou zones géographique). En revanche, tous les pays du Sud-Est asiatique maintiennent la vaccination (parfois de façon obligatoire) en raison d’un nombre significatif de cas annuels de tuberculose.

L’encéphalite japonaise est une maladie causée par une virus transmis par les moustiques ; ce virus est potentiellement responsable d’une infection grave du cerveau pouvant entraîner des atteintes neurologiques irréversibles ou le décès. Il n’existe aucun traitement curatif. Le vaccin est recommandé (et parfois systématique dans certains pays), notamment si l’on fréquente les zones à risque durant la saison des pluies pendant au moins un mois et pour les expatriés vivant dans les zones rurales. Il est donc recommandé de vérifier auprès de votre médecin le bien-fondé de cette vaccination pour votre cas personnel.

En savoir plus ?

Le site de Vaccination Info Service est très accessible et contient les informations indispensables.

En cas de doute, notamment dans le suivi du jeune enfant à l’étranger (et de l’adulte !) et pour rester en conformité avec les règles françaises, il est possible de communiquer à un professionnel de santé ou de consulter le calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2018 pour les enfants et les adultes, mis à jour en janvier 2018 par le ministère des Solidarités et de la Santé.

Pour en savoir plus sur les vaccinations nécessaires en Asie du Sud-Est, l’Institut Pasteur de Paris met en ligne des informations à jour sur les recommandations vaccinales, en fonction des pays visités ou du pays de résidence :

https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/preparer-son-voyage

Remerciements au Dr Gérard Lalande

Retrouvez cet article sur le site du Consulat de France en Thailande