Securité: LES RISQUES SANITAIRES

 SANITAIRESSYNDROME D’IMMUNO-DEFICIENCE ACQUIS   

Le SIDA est en progression constante dans nombre de pays. Les communautés étrangères résidant dans les pays concernés ne sont pas épargnées par la contamination du virus d’immuno-déficience humaine VIH.

  • Contamination par le VIH

 La contamination par le VIH se fait :

principalement par voie sexuelle (relations homosexuelles ou hétérosexuelles, relations avec un / une partenaire inconnu (e));

par voie sanguine : scarifications, injections sanguines non contrôlées, partage de seringue ou prise de sang dans des conditions précaires, non utilisation de matériel à usage unique, contact accidentel de plaie saine à plaie contaminée, etc.

de mère à enfant lors de la grossesse ou de l’accouchement et lors de l’allaitement maternel.

Pas de transmission par les moustiques, le simple baiser, le serrement de mains, par les postillons, le partage d’un verre ou d’un couvert.

  • Prévention

Il  est fondamental de se protéger en appliquant scrupuleusement les mesures préventives :

Utilisation indispensable du préservatif en cas de relations sexuelles avec partenaire occasionnel ou à statut sérologique non contrôlé. Il est fortement conseillé de disposer de ses propres préservatifs, aux normes « NF » et de prendre garde aux préservatifs mal conservés           (soleil, boîte à gants, exposition sur les étals de marché). Il convient aussi de respecter la date de péremption ; en effet, mal conservés ou trop vieux, ils deviennent poreux.

Ne jamais utiliser de gel à base d’huile qui augmente la porosité du latex, mais ne se servir que de gel aqueux vendu en pharmacie.

Placer avec précaution et sans précipitation le préservatif, 2 préservatifs sur 3 qui éclatent sont des préservatifs mal déployés.

Se méfier de l’alcool qui fait perdre tout repère et dans l’euphorie qu’il crée ferait oublier cette règle absolue de protection.

  • Que faire en cas d’exposition accidentelle ?

Vous pourriez être témoin ou auteur d’un accident de voiture ; dans cette perspective toujours possible, ayez des réserves de gants en caoutchouc dans votre véhicule.

En cas d’exposition accidentelle d’une plaie saine avec du sang présumé contaminé, laver abondamment la blessure à l’eau courante et au savon, puis appliquer un antiseptique de type Dakin ou Bétadine.

  • En cas d’injection à faire

Avoir chez soi, en permanence, du matériel stérile (aiguilles, seringues jetables, fil à sutures) des gants en caoutchouc jetables.

Pour tous soins « invasifs » (injections, soins dentaires) s’informer sur les établissements compétents. Exiger que le matériel stérile soit ouvert devant vous.

Dans tous les cas, consulter un médecin. N’avoir recours aux transfusions sanguines qu’en cas de nécessité absolue dans un établissement médical compétent ( les vérifications VIH et de l’hépatite B ( VHB ) et C ( VHC ) doivent être faites sur le sang du donneur ).

  • Autres recommandations

Eviter toute forme de tatouage et de « piercing ». Pour les hommes, renoncer à recourir aux barbiers ;

Chez les coiffeurs et salons d’esthétique, être vigilant sur les conditions de stérilisation des instruments utilisés tels que ciseaux, rasoirs, matériels de manucure, etc.

  • En cas d’agression sexuelle, de rupture de préservatif ou de blessure suspecte

Consulter un médecin avant 48 heures, il prescrira les examens appropriés, il décidera de l’opportunité d’un traitement par trithérapie à poursuivre pendant 4 semaines.

Un individu « VIH positif » peut mener une vie sociale, professionnelle et familiale strictement normale. Tout ostracisme à son égard ne peut être que discriminatoire et        contre-productif.

Si vous avez un ou plusieurs employés de maison, vous devez savoir que la Loi française interdit en France de leur imposer un test de dépistage, d’en faire un à leur insu ou de les licencier pour cause de séropositivité.

Le fait d’être à l’étranger ne saurait justifier un comportement différents vis à vis des personnels recrutés localement.

  • Informations

Le SIDA en Thaïlande :

  • Prévalence VIH estimée chez les adultes : 1,5% à la fin 2003
  • Nombre de nouveaux cas en 2003 : 21 000 (140 000 en 1991)
  • Nombre de personnes séropositives à la fin 2003 :
    • adultes de 15 à 49 ans : 560 000
    • femmes de 15 à 49 ans : 200 000
    • enfants : 12 000
  • Nombre de morts dues au SIDA en 2003 : 58 000